LE PROBLÈME DE L'ÉNERGIE DANS L'INDUSTRIE ALIMENTAIRE



Nous sommes de plus en plus confrontés à des problèmes d'énergie et de carburant coûteux en Belgique et en Europe. Cela donne lieu à diverses préoccupations de premier ordre liées, par exemple, à l'électricité et au gaz à la maison, mais sommes-nous sûrs que ce sont les aspects les plus graves?


Un grand risque dû au coût élevé de l'énergie est sans doute supporté par l'industrie alimentaire, dont l'importance dans nos vies va de soi. Il suffit de dire que 30% de la consommation totale d'énergie dans le monde est absorbée par le système alimentaire ; le graphique ci-dessous montre les différentes étapes de ce système et le pourcentage qu'elles occupent.

Il y a quatre étapes principales dans le processus qui amène les aliments sur nos tables :

  • Agriculture: L'énergie consommée pour la production agricole concerne toutes les machines, on parle donc de consommation indirecte due au diesel, à l'essence, etc.

  • Transport: Nous savons que nous vivons dans un monde globalisé, ce qui signifie que tous les aliments que nous produisons sont transportés et vendus dans différentes parties du monde. Par conséquent, de grandes quantités d'énergie et de carburant sont dépensées dans ce processus. Pour certains aliments, l'empreinte CO2 atteint 70 % du total à ce stade.

  • Transformation: Ce domaine influe directement sur la consommation d'électricité : tant d'aliments subissent un processus de transformation (par exemple, le maïs en flocons au supermarché), il faut d'énormes quantités d'énergie pour tout ce qui est cuisson et refroidissement par soufflage. De plus, les emballages sont inclus dans cette catégorie, ce qui porte la consommation totale d'énergie à 50-100MJ/Kg.

  • Manipulation: La manipulation est certainement l'activité la plus répandue, où toutes les activités de préparation des plats finis sont prises en compte, on utilise donc des refroidisseurs et des congélateurs, qui occupent environ 60% de l'utilisation, puis ajouté aux plaques de cuisson, aux lave-vaisselle, aux fours et aux micro-ondes, l'ensemble atteint une consommation de 5-7MJ/Kg.

Comme on peut le constater, la consommation d'énergie de ce secteur est très importante, surtout pour le secteur tertiaire.



Ce que cela signifie aujourd'hui

En raison du déclenchement de la guerre en Ukraine et des sanctions imposées par l'UE à la Russie, les coûts de l'énergie ont augmenté au moins de 40,8 % annuellement. Il faut donc tenir compte de cette inflation dans l'alimentation et l'ajouter à une augmentation de 11,8 % due aux exportations directes.


Le prix des carburants a également augmenté rapidement en raison de la guerre et de la pénurie post-pandémique de matières premières, notamment dans la mer du Nord en Europe. Aujourd'hui, un baril de pétrole brut pourrait atteindre 150 dollars, ce qui a un impact important sur toutes les industries, y compris l'agroalimentaire, comme nous pouvons le voir ci-dessus


Solutions

Nous avons vu à quel point cette phase historique est complexe pour l'approvisionnement en énergie et en matières premières, et le changement climatique se fait plus que jamais sentir, notamment dans le sud de l'Europe. Cela nous oblige à mettre en œuvre une révolution énergétique et renouvelable sans précédent.


Cela dit, chaque entreprise peut s'efforcer d'économiser l'énergie et les ressources en recyclant les matériaux, en limitant les déchets et en améliorant les systèmes d'efficacité énergétique. Mais cela ne suffit manifestement pas. Il devient donc de plus en plus obligatoire pour les gouvernements de faire pression pour la mise en œuvre immédiate de sources alternatives et renouvelables.


En fait, il existe de nombreux débats politiques sur les sources qui sont les plus rentables :

  • Énergie nucléaire

  • Énergie solaire

  • Énergie éolienne

3 énergies renouvelables qui s'accompagnent de la valorisation énergétique des déchets (combustion des déchets).


Conclusions

De nombreuses entreprises alimentaires souffrent directement des coûts élevés de l'énergie,

BeCook! fait notamment appel aux énergies renouvelables (photovoltaïques) pour environ 20 % de sa consommation, ce qui permet de réaliser des économies pendant la journée pour l'utilisation des cuisinières chaudes et froides, ce qui n'est pas le cas la nuit, lorsque le soleil n'alimente pas l'entreprise.


Cela montre combien il est important d'accroître la dépendance à l'égard des énergies renouvelables et d'abandonner des pratiques telles que le gaz et le charbon.

Bien sûr, ce n'est pas facile, car même la production d'énergies renouvelables est un investissement dont le coût initial est élevé ; ce qui n'est pas apprécié aujourd'hui, car il existe de nombreuses incertitudes quant à la possibilité de récupérer ces coûts à l'avenir.


Mais y a-t-il vraiment d'autres choix ?


Pas vraiment aujourd'hui, étant donné l'importance pour la préservation de la planète, nous devons penser à des solutions économiques à long terme, renouvelables et circulaires. La transition totale vers les énergies renouvelables est urgente et il n'y a pas de meilleur moment pour la réaliser que maintenant


11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout