Le Jour du dépassement


Vous l’avez sûrement vu passer sur les réseaux sociaux ou dans le médias, cette année le Jour du dépassement a été atteint à la date du 28 juillet. Mais savez-vous réellement ce que cela représente et ce que son évolution met en avant ?

Tout part d’un constat plus qu’alarmant : en l’espace de 50 ans la date du Jour du dépassement a avancé de plus de 5 mois. Aujourd’hui il nous faudrait 1,75 planètes pour répondre notre demande en ressources naturelles.

Alors, nous sommes là pour tout vous expliquer sur ce Jour du dépassement. Et bien sûr nous allons vous montrer que tout n’est pas perdu, il existe encore des solutions.


Source : okapi



Qu'est-ce que le Jour du dépassement ?


Le Jour du dépassement de le Terre correspond au jour de l’année à partir duquel la population mondiale a consommé l’ensemble des ressources naturelles que la planète est en capacité de lui offrir.

Ce Jour du dépassement est calculé par l'ONG américaine Global Footprint Network. Pour faire ce calcul, il suffit de diviser la biocapacité de la planète (en hectares) par l’empreinte écologique de la population mondiale (en hectares) et de multiplier le tout par le nombre de jours d’une année (soit 365).

Cette année le Jour du dépassement mondial a été à la date du 28 juillet. Il faudrait donc 1,75 planètes pour répondre à la demande de la population mondiale en ressources naturelles.

Il arrive dans un contexte fort en phénomènes climatiques extrêmes : canicules, sécheresses, feux de forêts. Cela aura bien-sûr d’importantes répercussions sur le système agricole et alimentaire. C’est d’ailleurs ce modèle actuellement utilisé pour produire notre alimentation qui est l’un des principaux responsables.

Voici le schéma modélisant toutes les dates correspondantes au Jour du dépassement mais cette fois pour chaque pays et non d’un point de vue mondial ; on peut ainsi bien visualiser les écarts.




Qu'en est-il de la Belgique ?


La Belgique fait partie des pires élèves en la matière. En effet, le Jour du dépassement de cette année a été atteint le 26 mars pour la Belgique.

On peut voir, d’après la figure précédente, que la Belgique se place alors en 7ème place des pays avec le Jour du dépassement (Earth Overshoot Day) le plus avancé.

Le Jour du dépassement mondial ayant été calculé à la date du 28 juillet, cela montre bien que la Belgique fait partie des pays qui tirent cette date moyenne vers un avancement certain.

Ces données sont d’ailleurs en adéquation avec les chiffres décrivant l’empreinte écologique de la Belgique par rapport au monde entier. De plus comme la biocapacité de la Belgique est forcément inférieure à celle mondiale, l’écart est encore plus marqué (comme nous pouvons le voir sur le graphique qui suit).




Pour plus facilement visualiser toutes ces données, nous pourrions dire qu’il « faudrait 4,1 terres si toute l’humanité vivait comme les Belges ».


Source : WWF


En prenant la figure ci-après, nous pouvons mieux comprendre d’où vient ce déséquilibre : la Belgique produit plus de carbone que toutes ses autres cultures cumulées.

Ainsi l’empreinte carbone de la Belgique est très importante. Le pays ne produit pas suffisamment de ressource par rapport à ce qu’il consomme.

Source : RTBF


Evolution de la date du Jour du dépassement




Si l’on regarde les données du graphique ci-dessus, nous pouvons voir que depuis les années 1970, la date du Jour du dépassement n’a cessé d’avancer. En 1971 le Jour du dépassement avait été calculée à la date du 30 décembre ; or cette année elle survient le 28 juillet. La date a donc avancé de plus de 5 mois.

Toutefois, un léger recul est observable pour l’année 2020. En effet en raison de la pandémie du COVID-19, le Jour du dépassement a eu lieu trois semaines plus tard que l’année précédente. Cela peut s’expliquer par le ralentissement exceptionnel de l’économie et donc de la réduction des émissions de CO2 et de la déforestation. Mais ce recul n’était que temporaire, en relançant l’économie au même régime qu’avant et en gardant le modèle actuel, le jour du dépassement continue d’avancer et continuera encore.



Causes de cet avancement de la date du Jour du dépassement


Les deux principaux facteurs qui ont participé à avancer le Jour du dépassement sont :

  • L’augmentation de 6,6 % de l’empreinte carbone mondiale par rapport à 2020

  • La diminution de 0,5 % de la biocapacité forestière mondiale : c’est la capacité des forêts à produire des ressources naturelles (bois, papier) et aussi la capacité de stocker le carbone. Cette baisse est le résultat de la forte déforestation.

On peut alors dire que la cause majeure du phénomène de dépassement, mis en évidence par le Jour du dépassement, est le système agricole et alimentaire actuel. Ce dernier n’est plus soutenable, en effet, 55% de la biocapacité de la Terre est utilisée pour nourrir l’humanité : cela représente plus de la moitié. Actuellement, pour répondre à notre demande, il est nécessaire de cultiver sur de très vastes surfaces et donc rejeter de très importantes émissions de gaz à effet de serre.

Le modèle européen est d’autant plus responsable de cette surconsommation, reposant sur l’agriculture intensive et une consommation bien trop importante en viande.


Ainsi on pourrait citer comme causes plusieurs activités exercées par l’Homme, telles que la déforestation, la surpêche, l’agriculture intensive ou encore la surconsommation.



Solutions


Il est tout à fait possible de réussir à faire reculer le Jour du dépassement mais pour cela il faudra changer nos habitudes et notre modèle actuel et passer à un régime alimentaire durable. Les solutions sont nombreuses et sont parfois même avantageuses du point de vue financier.


Une solution serait de réduire notre consommation de produits d’origine animale, permettant ainsi de réduire les émissions de gaz à effet de serre, la disparition de la faune sauvage ainsi que les décès prématurés. En effet, réduire de moitié la consommation mondiale de viande ferait reculer la date de 17 jours.

Source : Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture


Comme autre solution nous pouvons citer le fait d’arrêter la destruction ou d’améliorer la conversion des écosystèmes naturels en zones d’élevage ou de culture. Sachant que l’Europe est actuellement le deuxième plus grand importateur de produits liés à la déforestation tropicale (cf figure ci-dessous). Cela passera aussi par une réduction de notre consommation de produits transformés et protéines animales. Nous pouvons voir sur le visuel ci-dessous les zones que nous devrions alors reforester pour inverser la balance.

En effet, en reforestant 350 millions d’hectares de forêt la date serait reculée de 8 jours (selon la WWF).

Nous pouvons aussi nous diriger vers l’agroécologie. Le modèle européen actuel repose sur l’agriculture intensive où l’on extrait et qui érode la base de ressources naturelles. De plus, le modèle utilise des monocultures avec utilisation d’engrais et de pesticides chimiques. L’agroécologie, elle, regroupe l’ensemble des pratiques agricoles qui se basent sur les connaissances de l’écologie, de la science agronomique et du monde agricole. Les pratiques de l’agroécologie sont de subventionner l’agroforesterie, réduire l’usage des intrants chimiques (éléments entrant dans un processus de production), sortir de l’élevage industriel.


Aussi, il est plus que primordial de réduire le gaspillage alimentaire, notamment en sortant de la surconsommation actuelle. En effet, diminuer de moitié le gaspillage alimentaire permettrait de reculer la date de 13 jours.



Agir à votre échelle


Si vous souhaitez agir pour réduire votre empreinte écologique à votre échelle vous pouvez suivre les actions et défis quotidiens proposés par le WWF via son application WAG (We Act for Good).

Aussi vous pouvez essayer de réduire votre apport quotidien en protéines végétales.

Ou bien encore, choisir des produits locaux, bio et responsables ; qui ne reposent pas sur un mode de production intensif.

Vous pouvez choisir de consommer des produits alimentaires transformés dans des cuisines eco-responsables comme BeCook!. BeCook accueille chaque année une dizaine de porteurs de projets alimentaires durables. Et vous, quel est votre choix ?



Conclusion


En vue du rôle majeur et terrifiant que joue l’Europe dans l’avancement du Jour du dépassement en passant par la surconsommation, la surpêche, l’importation de produits issus de la déforestation ; il est plus que primordial d’agir. L’avenir est entre nos mains et en favorisant une agriculture plus responsable, en stimulant l’économie circulaire, en réduisant fortement voire totalement notre consommation de viande et en adoptant des gestes éco-responsables au quotidien nous pouvons préserver notre planète.

Vous savez ce qu’il vous reste à faire, agissons tous ensemble en montrant l’exemple. Le futur n’attends plus que vous !

61 vues0 commentaire