Interview d'un jeune entrepreneur et créateur de T'choks Burgers - Brandon Inoussa Chokki

Découvrez le parcours et l'entreprise de Brandon Inoussa Chokki, nous allons vous dévoiler l'histoire des délicieux burgers de T'choks Burgers à travers cette interview.



  • Pourriez vous vous présenter, ainsi que votre projet ?

« Je m'appelle Brandon, j'ai 21 ans et mon projet nomme T'choks Burgers. Je suis originaire de Bruxelles mais j'habites à Charleroi. Je suis toujours entre Bruxelles et Charleroi (dit-il en souriant). Cela fait plus ou moins un an que j'ai voulu monter on projet, c'est-à-dire ouvrir mon restaurant. En tout cas, c'est ce que je souhaite faire sur le long terme. Mais avant, nous proposons la vente de burger à emporter. Quand je dis "burger" il y aussi pleins d'autres choses autour comme des wings (ailes de poulet), des accompagnements, etc... que l'on va livrer principalement à Bruxelles via les plateformes Deliveroo, Takeaway et Uber Eats. Voilà globalement en quoi consiste mon projet.»
  • Le nom T'choks Burgers a-t-il un sens particulier ?

« Il faut savoir que je m'appelle Brandon Inoussa Chokki. Le nom de famille de mon père est Chokki et depuis qu'on est petits, mon frère et moi, on nous appelle les frères "T'choks". Donc ça vient du nom de famille de mon père Chokki que l'on a converti en t'choks. Ainsi c'est de là que vient le nom T'choks Burgers.»
  • Pourquoi ce projet, d'où vous est venue l'idée ?

« J'ai toujours été dans l'Horeca depuis que je suis très jeune : j'ai travaillé au Quick, un peu partout, au McDonald's, en cuisine. J'ai toujours aimé cuisiner. À un moment donné j'ai voulu franchiser un restaurant qui s'appelait Maki Maki, et en fin de compte je ne l'ai pas fait parce que je préférais lancer mon propre projet. Donc je me suis dit pourquoi pas les burgers. J'avais l'habitude d'en faire à la maison et comme on a souvent complimenté mes burgers de là m'est venue l'idée. »

  • Si vous deviez me vendre votre produit en quelques mots ou quelques phrases, qu'est-ce que vous diriez ?

« Je dirais : il n'y a rien de mieux que des burgers fait maison avec des produits bien frais du jour. N'hésitez pas à venir les goûter et je vous garantit que vous allez apprécier.»




  • Est-ce que vous souhaitez élargir votre projet ?

« Bien évidemment. Le but est d'élargir le projet : si on me demande d'ouvrir un T'choks Burgers au Guantanamo ou à Hawaï, je le ferai. Vraiment, pour moi, plus je pourrais développer T'choks Burgers plus je serais heureux. J'ai vraiment de très grandes ambitions et de très grand rêves par rapport à mon projet donc j'irai jusqu'à Mars s'il le faut pour y implanter T'choks Burgers, il n'y a pas de limite (dit-il avec enthousiasme). »
  • Quel a été votre parcours ?

« Je suis actuellement en deuxième année en comptabilité, à l'EPFC de Bruxelles. L'année prochaine, je vais plus me focaliser sur T'choks Burgers parce que je sais que si un jour je veux reprendre les études je pourrais le faire mais pour l'instant ma priorité, ce qui me tient vraiment à cœur, c'est T'choks Burgers. J'ai un parcours scolaire assez intense, je n'ai pas réussi facilement les études mais j'ai obtenu mon diplôme secondaire et j'ai quand même fait années de comptabilité.
Je vais sans doute m'arrêter au bachelier et reprendre après. C'est mon choix, même si cela peut paraître étonnant de faire une pause en cours de route. Pour que T'choks Burgers fonctionne, il faut que je fasse des sacrifices et j'ai décidé de sacrifier l'école. On va dire que c'était plus le rêve de mes parents que le mien. Réussir à l'école pour mes parents c'est une question de fierté. Je leurs ai prouvé que j'étais capable de faire des études supérieures. Voilà en résumé mon parcours scolaire.

Au niveau de mon parcours professionnel, j'ai travaillé chez Quick mineur, j'avais 16 ans, puis à 18 ans je suis passé Assistant Manager en tant qu'étudiant. Ensuite, j'ai travaillé au Burger King, quand Burger King avait racheté Quick.

En plus de ça, je voyage aussi beaucoup en parallèle. Mon père est dans l'import-export, alors il a souvent besoin de moi sur le terrain : je vais souvent en Chine; même si c'est vrai qu'avec la pandémie c'était pas toujours évident. Aussi, je vais souvent en Afrique et récemment j'étais bloqué là-bas parce que j'étais malade.
On peut dire vu mon jeune âge que j'ai vécu beaucoup d'expériences. Maintenant je suis ici, en Belgique, et j'essaye de faire en sorte que T'choks Burgers devienne l'un des restaurants phares de la restauration rapide à Bruxelles. Je vais essayer de ne pas en faire une très grande chaîne.
Et je travailles aussi chez Engie en tant que conseiller clientèle, je fais la semaine du lundi au vendredi de 11h à 18h et ensuite je viens à BeCook!, pour poursuivre mon projet T'choks Burgers. Engie a besoin de moi en ce moment car elle est passée de 1 500 appels à 4 000 ou 5 000 appels la journée. J'ai voulu me désister mais comme il y a beaucoup de problèmes, notamment au niveau des coûts de l'énergie, du gaz, de la guerre en Ukraine, il y a des répercussions. Du coup, il faut vraiment que les agents soient disponibles. Je suis du genre à toujours aider les gens et à être présent lorsqu'il y a besoin de moi, c'est la raison pour laquelle j'ai accepté de continuer de les aider et ça fait toujours un petit plus pour moi en fin de mois, qui n'est non négligeable.
Peut-être que d'ici septembre je vais faire moins d'heures ou alors arrêter complètement pour vraiment me focaliser sur T'choks Burgers. Ma priorité pour le moment, c'est mon projet, comme si c'était un rêve qui devenait réalité. Mais afin que mon rêve s'accomplisse il va falloir que je fasse beaucoup de sacrifices , il faut que je me donne les moyens pour aller au bout, j'en suis conscient.»
  • Si vous deviez exprimer un regret par rapport à votre parcours lequel serait-il ?

« (Réfléchissant un instant) Ne pas vouloir grandir trop vite car ça m'a déjà joué des tours. J'ai toujours eu beaucoup de responsabilités sur les épaules. Il m'arrive de ne pas savoir comment y faire face et alors, je me pose des questions. En général je trouve les réponses, mais lorsque ce n'est pas le cas ça me frustre, ça m'énerve. Et c'est vraiment lié au fait que j'ai voulu grandir trop vite. Donc, oui, peut être que j'aurais aimé être encore un petit enfant et faire les choses doucement et calmement ; c'est l'un de mes seuls regrets. »
  • Comment faîtes vous pour toujours rester motivé ?

« Je pense à tout ce que j'ai déjà sacrifié jusqu'aujourd'hui, c'est-à-dire du temps, de l'énergie, de l'argent, tout pleins de choses. Je me dis que si j'abandonne tout ça, tout de que j'ai mis en place et tout ce que j'ai investi sera juste perdu et ce n'est pas ce que je veux. Et j'ai aussi la gnaque, j'ai cette envie de voir T'choks Burgers évoluer et réussir, ce serait ma plus grande fierté.
Une autre chose qui me motive, c'est mes parents. C'est aussi important que nos parents soient fiers de nous. Pour moi, ma mère doit être fière de moi. C'est l'une des choses les plus importantes à mes yeux donc je fais ça pour moi, pour mes parents, pour mon entourage et pour T'choks Burgers. À vrai dire j'ai tout plein de motivation. »
  • Est-ce que c'est votre premier projet ?

« Ce n'est pas mon premier projet. Je touche aussi à plusieurs domaines, dont la musique. J'ai aussi monté un label indépendant à Bruxelles : j'ai soutenu un artiste qui s'appelle Beca. Elle a fait pas ma de buzz sur les réseaux sociaux, tels que YouTube où elle a fait le million de vues. Elle apparaît également sur plusieurs shows. Elle a subi une opération récemment et dès qu'elle ira mieux on continuera le travail.
J'avais aussi un projet par rapport à un dominos pizza, que j'ai finalement décidé d'arrêter parce que ça ne m'intéressait plus trop et en plus il y avait beaucoup trop de frais liés à ce type d'activité. »
  • Est-ce que vous avez toujours voulu être entrepreneur ?

« Oui, j'ai toujours voulu être entrepreneur. Je pense que je tiens ça de mon père parce que c'est un commerçant et il entreprend beaucoup. Depuis que je suis petit, je l'aide et j'ai grandi dans l'entreprenariat (logiciels comptables, commandes, etc...). J'ai toujours aidé mon père. Je pense qu'en quelques sortes c'est ce qui a créé la personne que je suis aujourd'hui. Je pourrais dire que j'ai toujours voulu être entrepreneur. Je n'avais pas, comme tous les autres jeunes, le rêve de devenir policier, pompier ou ambulancier. Non, moi je voulais être entrepreneur, être gérant, chef d'entreprise. »
  • Selon vous, quels sont les avantages du métier d'entrepreneur ?

« L'un des gros avantages du métier d'entrepreneur est la flexibilité. Par exemple là maintenant comme je travailles (chez Engie) jusqu'à 18h, si je n'étais pas mon propre patron je n'aurais pas pu venir à l'heure où j'ouvre, ça c'est sûr. En plus de ça, il y a le fait de rencontrer des gens, parce que dans ce milieu là tu rencontres beaucoup de personnes, tu fais de très belles personnes comme des fournisseurs, tu peux créer des affinités avec eux. J'ai l'impression qu'au fur et à mesure que le temps avance ce sont des rencontres constructives mais il peut aussi y avoir des sortes d'affinités et j'aime bien ce milieu là et ce qu'il propose. »
  • Qu’est-ce que vous a apporté BeCook! jusqu'ici ?

« BeCook! m'a apporté énormément. Grâce à Sara et Philippe j'ai pu bénéficier d'un suivi de qualité. J'avais apporté ma marque, mon produit et BeCook! m'a aidé à l'améliorer. Ils sont toujours à l'écoute, compréhensifs par rapport à mes demandes et à ce qu'on pourrait mettre en place à la fois pour T'choks Burgers et pour BeCook!.
Les qualités de BeCook! sont vraiment la compréhension et l'écoute. Je suis étudiant et BeCook! m'a apporté beaucoup de stabilité. Je pense que si j'avais débuté tout seul, i j'avais pris un commerce à remettre ou autre, ça n'aurait pas été la même chose car il y a certaines bases, certaines choses que BeCook! a pu m'apprendre. D'autant plus qu'ils louent la cuisine mais il y a aussi un certain suivi, du coaching qui m'a été bénéfique. »

Pour conclure, j'ai beaucoup apprécié rencontrer Brandon et son équipe. Ce fût un moment très intéressant et touchant. Un très grand merci à Brandon d'avoir accepté cette interview malgré son planning très chargé. Je souhaite aussi remercier toute l'équipe de T'choks Burgers pour nous avoir permis de les suivre dans la conception des burgers. Alors si vous aimez les burgers, n'hésitez pas à commander chez T'choks Burgers pour goûter leurs différents produits !

L'équipe de T'choks Burgers

Si vous souhaitez découvrir T'choks Burgers et vous régaler, rendez vous sur :


Site internet : Tchoks Burger

Instagram : 𝕋'ℂℍ𝕆𝕂𝕊 𝔹𝕌ℝ𝔾𝔼ℝ𝕊 ®


E-mail : tchoksburger@gmail.com

Numéro de téléphone : 0479131730


La personne interviewée : Brandon Inoussa Chokki

L'interviewer et la retranscription : Léa Muller


17-08-2022


58 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout