Comment appréhender le futur à travers nos assiettes ?



10 milliards est le nombre d’êtres humains que la Terre devrait supporter d’ici 2050. Nous savons tous que le nombre de naissance est en constante augmentation à travers les années contrairement au taux de mortalité qui reste stable : pour 1 personne décédée, environ 2 bébés viennent au monde. C’est une constatation qui devient un réel problème lorsque les habitudes de consommation rentrent en jeu. Globalement, le niveau de vie des Hommes connait une hausse ce qui leur donne la liberté de mieux vivre et de mieux consommer au détriment des aspects social et environnemental de nos sociétés. Non seulement les ressources naturelles viennent à épuisement mais aussi 30% des gaz à effet de serre de notre planète sont causées par le secteur de l’agro-alimentaire. Pour prendre davantage conscience de ce problème mondial, Global Footprint Network a instauré le Earth Overshoot Day représentant le jour auquel l’humanité a utilisé toutes les ressources épuisables produites par notre système planétaire pour une année. En 2020, il s’agissait du 22 août et malheureusement ce jour risque d’être prématuré à un plus grand degré dans les prochaines années. Pour ralentir nos impacts néfastes sur notre écosystème, nous devons inévitablement changer nos modes de consommation. Alors, qu’entendez-vous pour adopter de meilleurs gestes ?


Afin de vous conduire à mieux consommer au quotidien, nous vous donnons quelques conseils :

  • Diminuer ses déchets

Une action simple au quotidien que vous pouvez facilement inclure dans vos habitudes lorsque vous êtes en cuisine. Le tri de nos déchets est de nos jours primordial pour favoriser leur recyclage et ainsi s’inscrire dans une démarche circulaire. Vous pouvez également optez pour des produits et emballages réutilisables qui permet à chaque réutilisation d’éviter des objets jetables dans nos poubelles. Le petit plus, si vous avez accès à un bout de jardin, vous pouvez composter vos denrées alimentaires. Faire ce geste éco-citoyen vous permet de recycler vos déchets organiques en terreau biologique pour permettre un meilleur développement votre espace vert. Et ceux en appartement, comment ils font ? Pas de panique, il existe une solution grâce au mini composteur d’intérieur qui trouvera sa place dans votre cuisine. Il permet le traitement de vos déchets sans odeur et en un temps record de 24H. Pour plus d’informations cliquez ici.


Une autre tendance du recyclage des déchets est la revalorisation des produits biologiques usagers. Vous pouvez, directement de la maison, vous inscrire dans cette démarche anti-gaspi en transformant les épluchures de légumes en chips ou encore le pain rassit en croutons pour salade. Il faut également savoir que c’est le pari de nombreux entrepreneurs éco-responsables. C’est le cas de Barley’s, une start-up Bruxelloise qui fabrique des recettes saines pour chiens à base de drêches d’orge jetées par les brasseries. Riches en fibres et en protéines, ces produits sont idéaux pour compléter l’alimentation de votre chien en lui garantissant des moments de plaisir 100% naturels. Si vous voulez en savoir plus, visitez leur site web en cliquant ici.


  • Privilégier les protéines végétales

Et oui, c’est une solution efficace quand on remarque que 1 kg de bœuf demande 15 000 litres d’eau contre 1 800 pour 1 kg de grains de soja. Pour les amateurs de viande, délaisser un steak animal pour des plats à base de protéines végétales risque d’être un sacré challenge qui cependant peut limiter leur effet environnemental. En plus, l’apport nutritionnel de ces alternatives est intéressant pour notre corps tout en réduisant l’utilisation des engrais. Pour ainsi se tourner progressivement vers ce type de régime, il existe le flexitarisme qui permet de se baser sur des produits végétaux au quotidien tout en consommant occasionnellement de la viande. Les bienfaits ? La préserve de l’environnement, la prévention des maladies cardiovasculaire et de l’obésité, la réduction des dépenses alimentaires, la facilité de suivre ce mode de vie et bien plus encore.


  • Opter pour le vrac

De nombreux magasins vous proposent d’acheter en bonne quantité en fonction de vos besoins grâce à leurs dispositifs de vente en vrac. Vous avez plus qu’à vous munir de vos contenants et sachets pour consommer seulement ce dont vous avez envie. Si beaucoup d’entre nous pensent que le vrac est réservé à seulement quelques aliments, ce processus d’achat s’est diversifié, que ce soit des aliments solides (féculents, légumineuses, fruits secs…) ou des produits liquides (huile, vinaigre…) et même des produits ménagers (liquide vaisselle, lessive…). La question du budget reste partagée entre les diverses opinions mais n’oublions pas que de nombreux produits en vrac sont généralement bio ce qui augmente ainsi leur prix. 15% est le pourcentage que vous gagnerez sur votre panier (en comparant des produits équivalents). En optant pour cette alternative zéro-déchet, vous participez à la réduction du suremballage des produits et à la diminution de l’empreinte carbone que la collecte des packagings provoque.



  • Suivre les saisons

Même si nos envies sont fortement influencées par la diversité de l’offre des distributeurs, notre corps nécessite d’apports nutritionnels spéciaux en fonction des saisons. Lorsqu'on se rend aux supermarchés, nous devons être vigilants à choisir les fruits et légumes correspondants à la période. Vous pouvez vous référencez sur des sites web pour confirmer votre choix. Dans ce cas, le goût et la qualité seront d’autant plus au rendez-vous. Également, il ne faut pas oublier que hors saison les produits sont généralement plus traités avec des pesticides pour permettre leur pousse et ainsi combler le manque de soleil dont ils ont besoin. Or, ils sont à l’origine de nombreux problèmes de santé, comme des cancers, et écologiques lorsqu'ils se retrouvent dans les nappes phréatiques, par exemple.


  • Manger local

Qui dit local, dit proximité. La réduction des distances et des intermédiaires est évidente lorsque vous achetez à des producteurs locaux. Ainsi, vous diminuez votre impact carbone tout en contribuant au développement de l’économie de la région. La tendance du locavorisme, terme désignant la consommation d’aliments produits à moins de 250 km de son domicile, s’inscrit progressivement dans les habitudes des consommateurs avec comme premier objectif des produits qualitatifs et savoureux. Cette impulsion de consommer différent et mieux est le cœur de la stratégie de Good Food, qui se dit plus qu’un simple slogan mais une réelle politique publique volontariste portée par la Région de Bruxelles-Capitale en abordant toutes les dimensions de l’alimentation. Leur double ambition : « mieux produire » en valorisant les petits producteurs locaux et « bien manger » en rendant une meilleure consommation accessible à tous. Visitez leur site web pour en savoir plus.


Bien plus que d’être inscrites dans une démarche écologique, ces astuces vous permettront de faire faire des économies à votre porte-monnaie. Envie de devenir un citoyen éco-responsable pour garantir un futur meilleur ? Agissons ensemble et vite !



4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout