Fruit de Palme, entre tradition et économie circulaire


Dans toutes les cultures, il existe un terme pour désigner la cuisine, et sa définition est presque toujours la même : transformer des aliments dans le but de les rendre comestibles. La cuisine est le lieu où se déroulent ces transformations. Chaque culture connaît une évolution de mode de vie qui conduit à la rencontre entre la culture food moderne et la cuisine traditionnelle. Nous allons particulièrement vous faire découvrir un élément incontournable dans la tradition food du Cameroun, contrée située en Afrique centrale, riche d’une large diversité de pratiques et recettes de cuisine.


L’huile de palme, très souvent appelé dans le jargon local ‘’ l’huile rouge ‘’ fait partie des éléments très importants dans le code food du Cameroun. Son usage remonte à des siècles plus spécifiquement au sein de l’ethnie Bamiléké localisée dans la région ouest du pays. 90 % de leur food traditionnelle sont faits à base d'huile de palme. C’est le cas par exemple de quelques plats traditionnels les plus célèbres :


  • Taha jhekouo : appelé localement en français « la tenue militaire » car à la cuisson ce met, il présente deux couleurs (vert et jaune) semblables à la combinaison des treillis militaires. Il se compose de farine de maïs, du sel, de feuilles de tubercules de taro, d’eau, piment, crevettes et l’huile palme. Le mélange est emballé.


  • Koki : c’est un gâteau traditionnel fait à base de graines de cornilles écrasées et mélangées à de l’huile rouge, du sel et piment légèrement piquant de quoi réveiller vos papilles gustatives.



L’huile rouge est une huile non raffinée obtenue par pressage des fruits de palme. Environ 80 % de sa production au Cameroun est destinée au food. Elle représente le produit végétal le plus riche en bêta-carotène (15 fois plus que la carotte), précurseur des vitamines A et E qui préviennent contre les risques cardiovasculaires, cancéreux et visuels. Elle est riche en acides gras saturés 51 % et

49 % d’acides gras insaturés produisant du bon cholestérol et oméga 3.


Vous devez savoir que l’huile de palme dans cette localité, traditionnellement est symbolique car elle est utilisée non seulement pour des recettes food, mais aussi pour le traitement médicinal dans la mesure où elle est utilisée dans des villages comme huile corporelle pour le traitement des inflammations cutanées sur les enfants, ou administrée par voie orale pour le traitement des troubles gastriques chez les bébés.


Ce qui est aussi très intéressant dans l’usage traditionnel de l’huile rouge est sa dimension économique et écologique, notamment l’aspect économie circulaire issue des pratiques ancestrales chez le peuple Bamiléké dans l’ouest du Cameroun.


Tous les composants d’un fruit de palme font chacun l’objet d’un usage économique afin de créer de la valeur dans sa filière de production. D’abord de quoi est constitué un fruit de palme.


Un fruit de palme est fait d’une coque épaisse qui constitue la première couche où se trouve l’huile, ensuite une seconde coque fine noire et dure dont il faut broyer afin d’extraire un fruit relativement sucré consommable comme du pistache.


Qu’en est-il de la dimension économie circulaire ?

Le fruit de palme est un élément parfaitement illustratif de l’économie circulaire, étonnant n’est-ce pas ? Son arbre, le palmier, est aussi utilisé depuis des siècles dans cette contrée pour le prélèvement d’une boisson alcoolisée appelée par les populations "le vin de rafia" ou "vin blanc" très prisée par ces communautés villageoises ainsi qu’en milieu urbain.


Comme autre élément impliqué dans l’économie circulaire, il y a naturellement les fruits de palme. Souvenez-vous, plus haut, nous vous avons présenté les différentes parties du fruit donc chacun a une valeur d’usage spécifique pour un besoin précis. Notamment la pulpe (la partie charnue du fruit) qui sert à la production d’huile de palme depuis des siècles de manière traditionnelle.





Sur cette photographie vous avez un aperçu de la production artisanale de l’huile de palme.


Comme troisième composant nous avons le palmiste ou le noyau du fruit sous forme de graine, utilisé depuis des siècles pour la production de l’huile de palmiste très différente d’huile de palme. Denrée nécessaire à la fabrication de plusieurs produits dérivés tels que :

les savons, les détergents et les cosmétiques. L’huile de palmiste est similaire à l’huile de noix de coco en termes de composition chimique, de caractéristiques physiques et d’utilisations.





Ce qui est encore surprenant, c'est que l’huile de palmiste peut aussi être utilisée dans le food sans aucun danger. Riche en vitamine K pour améliorer la santé de nos os.

Vous pouvez donc l’utiliser quotidiennement dans votre alimentation pour un mode de vie sain grâce à ses bienfaits étonnants, avec un apport en cholestérol HDL bon pour la santé, malgré sa proportion importante d’acides gras saturés. Voilà une bonne nouvelle qui pourrait faire l’affaire du food pour les personnes friandes des repas diététiques.




Le quatrième composant, et non des moindres, issu des fruits de palmes qui entre dans l’économie circulaire est le détritus obtenu après le pressage des fruits (voir image ci-dessous). Il s’agit de la membrane enveloppante des fruits qui après pressage devient ce qu’on appelle « le tourteau de palmiste » constitué de fibres et de coques de palmiste. Après son séchage, ces résidus sont utilisés comme combustible pour la cuisson quotidienne dans les localités villageoises ou bien recyclés dans la préparation des noix de palme pour le pressage d’huile. Ceci est capital d’autant plus qu’il permet d’éviter l’usage du bois de chauffe comme combustible et in fine de préserver les localités forestières du déboisement qui impacte le réchauffement climatique.


0 views0 comments